L’ingénieux concept de l’eTree

L’ingénieux concept de l’eTree

24/05/2016 – Par Lauraleen Adyns, Lucile Favreau, Solène Kwegnia, Elodie Mieussens, Islam Mouani

Emma est une jeune parisienne de 16 ans. Depuis quelque temps, elle a l’habitude de se rendre tous les jours à 15h sur le parvis de l’Hôtel de Ville où l’attend son frère, Thomas.  Mais celui-ci se trouve à 9 000 km de là de l’autre côté de l’Atlantique en Californie pour ses études. Ils ont trouvé ce moyen original de communiquer chacun assis sous un arbre solaire, au cœur de leurs villes. Tous les jours, Emma retrouve les habitués du parvis qui promènent leurs chiens, qui se prélassent sur les bancs ombragés avant d’attaquer leur journée. Grâce à l’écran de cet arbre spécial, Emma et Thomas peuvent communiquer.

 

Un arbre solaire innovant multi usages

L’eTree est ce qu’on appelle un arbre connecté. Il se présente sous la forme d’un arbre où les feuillages sont remplacés par des panneaux solaires et son tronc ainsi que ses branches sont en acier. Il peut résister à des vents jusqu’à 170 km et jusqu’à 70 cm de neige. Il fonctionne exclusivement avec l’énergie solaire. Il est capable de produire en moyenne 6 KW/jour, cette énergie est ensuite stockée dans une batterie au lithium[1].

L’esthétique de cet objet a un rôle primordial : sa forme d’arbre lui permet de se fondre dans le paysage et d’éviter toute pollution visuelle. Il associe de multiples fonctionnalités en un même objet : la production d’énergie, la connexion internet, le rechargement de batteries, une fontaine d’eau fraiche, la production de lumière. De plus, les différents eTree sont connectés entre eux et permettent de communiquer grâce à leurs écrans intégrés. L’objet connecté n’est plus pensé de manière isolée, mais en système. Enfin les panneaux photovoltaïques s’adaptent aux besoins énergétiques du milieu.

 

« L’eTree, l’objet qui donne sans contrepartie »

                                                                      Solargiving.com

Cette innovation a été imaginée par un partenariat franco-israélien, avec comme objectif d’allier art et technologie. Cet arbre a été imaginé comme lieu de rencontre et de partage, et comme créateur de liens sociaux.

Technologie, innovation, partage et éco-responsabilité sont les mots clés de cet arbre. Celui-ci se veut à la fois innovant dans le domaine technologique mais aussi pour l’environnement. Pour Victoria Gomez, responsable du pôle Dynamique RSE et présidente d’ImpAct, association d’entrepreneuriat social pour le développement durable

« C’est un beau projet. Il permet de sensibiliser les gens aux panneaux solaires et à la consommation d’énergie produite par ces derniers. Cela leur permet de s’asseoir et de dialoguer sur ce sujet. Cependant, la Wi-Fi peut provoquer une coupure du lien social car en pratique, les gens viennent pour se connecter aux réseaux sociaux, et non pour échanger. De plus, ce qui est dommage, c’est qu’il n’y a pas la possibilité de participer à la production de cette énergie, comme c’est le cas pour le We-bike[2], implanté dans les gares SNCF, qui permet de recharger la batterie de son téléphone portable en pédalant ». Ce vélo créateur d’énergie pourrait tout à fait être allié à l’eTree. Ces deux objets innovants trouvent se fondraient parfaitement dans le paysage d’un parc par exemple.

 

Un arbre déjà adopté

eTree sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, lors de la COP21
eTree sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, lors de la COP21

Le premier eTree a été inauguré en 2014 dans le Parc Généreux en Israël. Cet arbre se veut porteur des valeurs du développement durable et des valeurs fédératrices de partage et d’échange entre les communautés.[3]

Il s’est surtout fait connaître à l’occasion de la COP 21 à Paris. Cet arbre photovoltaïque était exposé sur le parvis de l’Hôtel de Ville. La mairie de Paris présente cet arbre comme solution concrète pour le climat pour diminuer les émissions des villes. [4]

La capitale française a initié l’adoption de l’eTree, suivie par d’autres grandes villes mondiales. Cette impulsion est suivie par Bethlehem, Shanghai ainsi que  la Californie et la Caroline du Nord.[5]

Ces grandes villes symbolisent les échanges et les rencontres au sein de la communauté mondiale. De plus, elles sont concernées par la cause environnementale et veulent œuvrer pour améliorer les choses. [6] Elles vont permettre à cet arbre connecté d’être connu du plus grand nombre et accélérer sa diffusion. Les grandes villes mondiales font décoller cette technologie. Aujourd’hui, seules 5% des grandes villes de plus de 100 000 habitants ont adopté l’arbre connecté. L’ambition de l’entreprise est de l’implanter dans 5 000 d’entre elles.[7]

L’eTree tend à s’implanter dans les différentes zones touristiques telles que les parcs, les bords de mers, les sentiers montagneux afin d’offrir aux touristes et promeneurs tout ce dont ils ont besoin. [8]

A terme, Sologic voudrait l’implanter dans des régions où l’eau, l’électricité et la connectivité sont rares, où l’arbre solaire pourrait donc être une véritable opportunité. Ces zones sont principalement composées de régions au climat difficile et de régions difficilement accessibles tels que les déserts ou les régions montagneuses. [9]

 

Une innovation à diffuser

Sa reconnaissance permettrait de sensibiliser les populations aux questions de développement durable. Une communication ciblée est la clé de sa diffusion et de son adoption par les villes. L’information sur les réseaux sociaux sur Facebook ou Twitter permet de faire connaître ce concept du grand public et de créer le buzz. Les réseaux sociaux constituent donc un moyen indirect de promotion de l’eTree pour ses concepteurs auprès des municipalités.

La communication directe devra se faire d’une manière plus traditionnelle. Sologic peut s’adresser directement aux municipalités pour mettre en avant l’eTree.

Les organismes d’aménagement du territoire, les communes pourraient être intéressées par ce beau projet. C’est le cas des conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) qui promeut le développement de la qualité architecturale, urbaine et environnementale.[10] De plus, les arguments de cohésion sociale et communautaire peuvent faire la différence auprès des municipalités qui recherchent des technologies tournées vers l’aspect social. « Ce produit est un lieu de publicité intéressant pour les entreprises qui se l’approprient car cela marque les esprits avec quelque chose de nouveau » précise Victoria Gomez. « C’est bien pour les pays développés. En revanche, les pays plus pauvres n’ont pas besoin de publicité. Il n’y a pas d’intérêt direct dans ces derniers. Un moyen de les atteindre tout de même serait de faire des bénéfices sur l’électricité non utilisée, bénéfices qui leur seraient reversés. »

 

Une innovation écologique         

Parlons écologie. Le photovoltaïque est devenue une énergie à la mode, c’est inévitable. L’eTree va donc puiser toute son énergie des panneaux solaires à base de panneaux photovoltaïque. «La rentabilité du secteur photovoltaïque est devenue très attractive avec la baisse des coûts de production des panneaux»[11], expliquait mardi un rapport de l’Inspection générale des Finances (IGF). Une installation photovoltaïque n’émet aucun CO2 et permet d’en économiser jusqu’à 4 tonnes par an[12].

« Les entreprises conceptrices des panneaux solaires garantissent 80% de la performance initiale au bout de 20 ans d’utilisation. Cette performance décroit ensuite mais reste présente sauf événements particuliers », affirme Xavier Blot, docteur en nanotechnologies liées aux photovoltaïques et jeune entrepreneur. En 2014, la demande en panneaux solaire a dépassé l’offre et l’on prévoit déjà une pénurie dans les prochaines années.

 

Un avenir plutôt prometteur pour l’eTree

Comment rendre l’énergie solaire visible et accessible à tous ? C’est là que le créateur de l’eTree a eu l’idée de s’adresser à un public n’ayant pas la possibilité d’utiliser l’énergie solaire. Son but était de trouver l’objet qui viendrait apporter ce message au cœur de la ville et rendre ce don de la nature accessible à tous.

eTree de Bethlehem
eTree de Bethlehem

« Afin d’être sélectionnés parmi plusieurs centaines de projets présentés par des pays du monde entier participant à ce « concours mondial des démonstrateurs » organisé par la Cop 21, nous avons travaillé d’arrache-pied pour répondre aux normes internationales exigées. Le voir en outre exposé sur le parvis de l’Hôtel de Ville est un rêve qui devient réalité. Et cela ne fait que commencer si l’on en croit l’enthousiasme que suscite notre Arbre. Le prochain devrait d’ailleurs être planté à New York à Battery Park, non loin de la Statue de la Liberté… Mais à moyen terme, l’eTree est aussi appelé à être planté dans des lieux où un tel projet pourrait contribuer au mieux-être des populations (déserts, villages du tiers-monde, etc). On vit aujourd’hui dans une société où l’on ne peut plus se permettre d’être égoïste. Les grandes entreprises, qui doivent désormais promouvoir des stratégies généreuses, seront les principaux promoteurs des “G objet” (interface de programmation qui offre la possibilité de manipuler des objets en langage de programmation), tels que notre eTree. » indique Bernard Bitan le cofondateur de l’eTree.[13]

 

Notre avis ?

Nous pensons que cet arbre ingénieux a un grand avenir devant lui.

Dans un monde de plus en plus interconnecté du fait de l’émergence du numérique, où parallèlement les distances terrestres entre les individus ne cessent de s’agrandir, l’eTree a une vraie utilité sociale. En effet le numérique permet de remédier à ces distances. Cet arbre « magique » prouve que la technologie peut être vectrice de cohésion sociale, en plus d’être respectueuse de l’environnement. Cependant, nous avons constaté certaines limites. Selon nous, l’eTree aura davantage d’utilité dans des grandes villes telles que Paris, New York ou encore Pékin que dans le désert par exemple. En effet, même si le désert est doté d’une haute capacité solaire, il n’est que très faiblement peuplé. Par conséquent, la dimension sociale qui est à notre sens, prédominante dans ce concept, perdrait de son sens dans le désert.

Cependant, ces arguments sociaux ne nous semblent pas suffisants pour constituer le business plan de Sologic. Ce concept ingénieux pourrait être vu plutôt comme un produit d’appel pour l’entreprise pour ses autres produits plus rentables, comme nous l’a fait remarquer un spécialiste de l’énergie solaire.

L’eTree sera très bien accueilli par les citadins dans les parcs principalement, pour offrir un moment de détente sous son « feuillage ». Son esthétisme lui permettra de se fondre dans le décor, comme un arbre parmi tous les autres.

 

 

Par Lauraleen Adyns, Lucile Favreau, Solène Kwegnia, Elodie Mieussens, Islam Mouani


[1] Lemoniteur.fr. (2015). Mobilier urbain : l’arbre solaire connecté pousse à Paris – Paysage. [online] Available at: http://www.lemoniteur.fr/article/mobilier-urbain-l-arbre-solaire-connecte-pousse-a-paris-30239617 [Accessed 20 Apr. 2016].

[2] iUserBlog. (2013). WE-Bike, l’initiative écolo-high tech de la SNCF – iUserBloghttp://blog.iuserlab.com/billets/we-bike-linitiative-ecolo-high-tech-de-la-sncf/

 

[3] “Solargiving | L’Etree”. 2016. Solargiving.Com. http://solargiving.com/letree/.

 

[4] “Paris Veut Miser Sur Des Initiatives Respectueuses De L’environnement”. 2016. Le Figaro. http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/09/17/01008-20150917ARTFIG00241-paris-veut-miser-sur-des-initiatives-respectueuses-de-l-environnement.php.

 

[5] “Solargiving | The Solargiving Tree”. Solargiving.Com. http://solargiving.com/homepage/.

 

[6] “La Californie, Moteur Du Combat Écologique Aux Etats-Unis”. 2016. Leparisien.Fr. http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/la-californie-moteur-du-combat-ecologique-aux-etats-unis-24-11-2015-5307597.php.

“A Shanghai, Le Regard Sur L’écologie Change. / France Inter”. 2015. France Inter. http://www.franceinter.fr/emission-ailleurs-a-shanghai-le-regard-sur-lecologie-change.

 

[7] “Le Teaser | Etree”. 2016. Leteaser.Fr. Accessed April 16. http://leteaser.fr/etree.

 

[8] “Solargiving | The Solargiving Tree”. Solargiving.Com. http://solargiving.com/homepage/.

 

[9] Lipszyc, Norbert. 2015. “COP21 : L’Eco-Révolution De L’Arbre Solaire Israélien”. Siliconwadi.Fr. http://siliconwadi.fr/19489/cop21-leco-revolution-de-larbre-solaire-israelien

[10] “AMF : Association Des Maires De France Et Des Présidents D’intercommunalité”. 2016. Amf.Asso.Fr. http://www.amf.asso.fr.

 

[11] Figaro, u. (2015). COP21 : l’Eco-révolution de l’arbre solaire israélien. [online] siliconwadi.fr. Available at: http://siliconwadi.fr/19489/cop21-leco-revolution-de-larbre-solaire-israelien [Accessed 13 Apr. 2016]

 

[12] Blot, X. (2015). Réalisation, caractérisation et modélisation de collages de matériaux III-V pour cellules photovoltaïques à concentration. [online] http://www.theses.fr/. Available at: https://www.theses.fr/2015GREAT108 [Accessed 13 May 2016].

 

[13] Bitan, B. (2016). Actualité Juive | France | Bernard Bitan, cofondateur d’E Tree : E-Tree : Le projet franco-israélien sélectionné par la Cop 21. Actualités Juives. Available at: http://www.actuj.com/2015-10/france/2481-bernard-bitan-cofondateur-d-e-tree-e-tree-le-projet-franco-israelien-selectionne-par-la-cop-21

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *