Le drone HEXO+ : opportunités ou limites technologiques ?

Mona Lheureux – Karim Chérif – Lena De Pasquale – Léo Joly – Antoine Retours

Nous nous sommes toujours demandé à quoi ressemblera le futur. Des écrivains, des cinéastes, des artistes et des visionnaires l’ont imaginé emplis d’engins volants. Le ciel devenait ainsi l’horizon de nouvelles découvertes. Aujourd’hui, nous vivons dans ce monde interconnecté où le ciel est effectivement devenu le terrain de jeu des innovations. Des technologies sont apparues, toujours plus pointues, toujours plus sophistiquées pour répondre à des besoins toujours plus pressants. C’est à travers ce prisme technologique que nous avons choisi de découvrir, et de faire découvrir, un objet qui tend à s’intégrer au plus proche de nos existences, nous suivant littéralement dans nos mouvements, et ainsi marquer nos vies : le drone. Cette technologie de pointe concentrée dans ces appareils offre aujourd’hui des possibilités remarquables en termes de conquête d’espace, nous permettant de voir ce que l’œil humain était incapable d’imaginer.

Une innovation à succès au plus près des sportifs

Nous avons pris le parti d’explorer ces nouvelles opportunités à travers le drone HEXO+, drone développé par Squadrone System, une start-up née à Grenoble en 2014. Ce drone est un « Follow me » drone : il suit les différents mouvements d’une personne grâce à une application de guidage installée sur smartphone. Alors que les drones étaient auparavant guidés par une télécommande, HEXO+ est totalement indépendant. Ce drone possède six hélices et est équipé d’une caméra GoPro qui permet d’enregistrer des vidéos de grande qualité à 360° qui peuvent durer jusqu’à vingt minutes. La société Squadrone System se réjouit d’avoir créé un drone possédant des qualités remarquables : celui-ci peut atteindre une vitesse de près de 70 km/h et est capable de résister aux conditions climatiques les plus sévères, à l’instar de la haute-montagne.

Afin d’avoir un aperçu concret de l’effectivité du drone, le plus pertinent était d’interviewer un utilisateur du drone HEXO+ : en effet, sous souhaitions savoir comment et pourquoi le drone était utilisé et plus particulièrement en quoi, selon lui, le drone se démarquait. Thomas Guerrin est un sportif qui a testé HEXO+ dans le cadre de ses expériences professionnelles. Cela nous intéressait d’avoir un avis extérieur à l’entreprise Squadrone et le fait que Thomas Guerrin soit un adepte de sport extrême répondait au profil type de l’entreprise, à savoir les early adopters, qui se définissent comme des individus qui achètent très régulièrement de nouveaux produits dans une catégorie de produit donnée. Or, en ce qui concerne le drone HEXO+ et sa technologie, les sportifs forment ce groupe de consommateurs que sont les early adopters.[1]

Ainsi, la population de référence ciblée par l’entreprise est celle des sportifs de haut niveau, comme le souligne Antoine Level, le cofondateur de la société Squadrone : « nos clients sont des skieurs, des surfeurs, des coureurs à pied, des amateurs de cyclo-cross ou de moto, tous friands de vidéos aériennes les mettant en scène »[2].

Le désir de se voir, d’être vu et reconnu est prégnant dans notre société et détermine le véritable succès du drone. Les sportifs de haut niveau jouissent désormais d’une importante autonomie car ils n’ont plus besoin d’être accompagnés pour que leurs exploits soient filmés. De plus, le fait d’être géolocalisé apporte une sécurité supplémentaire à l’utilisateur qui est certain d’être suivi par son drone et ainsi ne se soucie plus de la vidéo. Ce pouvoir de délégation, et donc cette liberté nouvelle qu’offre le drone, permet à ce nouvel appareil de s’imposer et de séduire. Dépassant le lourd et onéreux hélicoptère nécessaire jusqu’à présent pour filmer la terre du ciel, le drone, très maniable et personnalisable, encourage la facilité et l’indépendance.

Pour les professionnels, les qualités qu’offrent HEXO+ sont indéniables et Thomas Guerrin justifie son utilisation par une expérience « incroyable ».

Dès lors, nous avons essayé de justifier l’emploi de l’adjectif utilisé en cherchant à mettre en exergue les avantages concurrentiels du drone HEXO+.

Un drone aux limites de la technologie ?

Le prix et l’autonomie en vol sont les deux problématiques qui reviennent pour envisager une expansion du marché des drones. Ces deux critères concernant les caractéristiques futures des drones sont intimement liés à sa batterie. En voici donc une analyse afin de pouvoir situer HEXO+ sur les marchés actuels et futurs.

Aujourd’hui, l’autonomie maximale des drones présents sur le marché de l’aéronef civil est d’environ vingt minutes. Le drone proposé par la société Squadrone système, HEXO+, revendique un temps de vol maximum de 15 minutes. Les journalistes nous préviennent cependant : « certains fabricants de drones revendiquent près de 15 minutes de vol avec une seule batterie. En pratique, il faut plutôt compter entre 8 et 12 minutes de vol effectif. J’entends par ‘vol effectif’, le temps que passera votre drone en l’air ».[3] Par conséquent, le drone HEXO+ se place dans la fourchette haute à propos de son autonomie en vol.

Est-il absurde d’imaginer qu’un jour un tel drone volera pendant 1 à 2 heures ? La réponse est ambivalente car l’avenir de la batterie des drones se joue à la fois sur l’évolution technologique de celles actuellement utilisées, les batteries au LiPo (lithium Polymère), et sur leurs potentiels substituts à venir. Ainsi, une progression de son autonomie est difficilement envisageable, du moins sans qu’il n’y ait de conséquences négatives sur son prix, sur le poids de l’aéronef et sa durée de vol effective.

Il en résulte que le monde des batteries électriques nécessite une rupture technologique. En effet, les batteries LiPo ne sont pas les seules sources d’énergies viables sur le marché : de nouvelles batteries sont actuellement en cours de réalisation telles que la pile à combustible ou encore la batterie au graphène. Néanmoins, aucune de ces technologies n’a encore atteint un niveau de développement suffisant afin d’être intégrée dans un tel produit. Celles-ci ne sont pas assez matures, trop coûteuses et trop lourdes, ou tout simplement au stade de la recherche. Il faut tout de même souligner que le développement de l’industrie de l’automobile électrique permet d’espérer de rapides avancées. Ainsi, Futura-Sciences divulguait le témoignage de chercheurs quant aux nouvelles perspectives pour les batteries : « l’un des principaux freins au développement du marché des voitures électriques est leur manque d’autonomie. Des chimistes canadiens viennent de faire une découverte qui pourrait mener à la conception de batteries moins chères et plus légères, mais surtout plus puissantes et plus efficaces. »[4]

Ces avancées laissent espérer que l’intégration de ces technologies aux drones permettra d’augmenter considérablement leur temps de vol. Ainsi, l’autonomie de ces machines volantes pourrait connaitre une évolution exponentielle grâce aux nouvelles batteries. Le Centre Français de Recherche Aérospatiale soutient également cette thèse : « ces derniers [les drones] sont légers mais ne peuvent bénéficier que d’une autonomie de fonctionnement limitée du fait du poids élevé que représentent les batteries dans lesquelles sont stockées les réserves d’énergie nécessaires à leur fonctionnement. Cette difficulté reste soumise à l’évolution de la technologie des accumulateurs et, à plus long terme, au développement de piles à combustibles, qui seraient capables d’alimenter ces batteries pendant une période suffisamment élevée. »[5]  Le futur des drones semble donc intimement lié aux avancées de la technologie et au développement des batteries de substitution à celle en LiPo.

D’autres entreprises misent sur les batteries complémentaires afin d’accroître l’autonomie du drone. Toutefois, cette voie ne conduira pas à une évolution technologique des aéronefs mais uniquement à un moyen temporaire, et contraignant pour l’utilisateur, d’augmenter l’autonomie en vol. En conséquence, du point de vue des batteries LiPo (hypothèse 1), HEXO+ se trouverait plutôt à la fin de la courbe de Foster du temps de vol puisque ces batteries sont relativement matures et ne connaîtront probablement pas d’amélioration technologique. A contrario, une potentielle rupture technologique accompagnée de nouvelles avancées dans le domaine des batteries (hypothèse 2) pourraient engendrer une nette amélioration de l’autonomie des drones. Ainsi, HEXO+ se trouverait plutôt au début de la courbe de Foster.

Foster

Quant au prix du drone, il semblerait que le coût de la batterie constitue l’essentiel du coût total de l’appareil, les autres éléments comme par exemple le packaging ou les composants annexes restant négligeables en termes de coûts devant celui de la (ou des) batterie(s). Selon ces dernières considérations, nous pouvons légitimement être amenés à penser que le prix de ces engins volants dépend de l’évolution technologique des batteries ainsi que leur coût. Selon Stéphanie Adam, analyste chez Bloomberg New Energy Finance, « une batterie lithium-ion a coûté en moyenne 540 dollars par kilowattheure au premier semestre 2014, soit une baisse de 20 % par rapport à il y a deux ans. Par comparaison, les prix de situaient autour de 1.000 dollars par kilowattheure en 2010 »[6] . La chute des prix des batteries au lithium est donc amorcée et devrait s’inscrire dans la durée. « Les prix ont chuté plus vite que ce que nous avions prévu […] Le prix d’un pack tombera autour de 300 dollars par kilowattheure en 2015, et même autour de 150 dollars en 2020 »[7]. Cette chute des prix s’explique par la maturité de la technologie des batteries à base de lithium et par l’arrivée sur le marché de nouveaux types de batteries.

Concernant les nouvelles batteries pour les drones, leurs coûts élevés pourraient accroître le prix des drones et, in fine, avoir un effet dissuasif sur l’achat. Toutefois, si les premiers progrès des nouvelles batteries se confirment, leurs coûts de production seraient automatiquement diminués. De surcroît, une meilleure autonomie de vol pourrait permettre de rendre les drones plus attractifs.

Actuellement, le drone HEXO+ est vendu 1349 dollars (GoPro intégrée)[8]. Cependant, les perspectives que nous venons de souligner – baisse des prix des batteries au lithium ainsi que la future baisse des coûts de production – laissent présager que le prix du drone proposé par la société Squadrone pourrait diminuer au cours des prochaines années. Ces thèses sont corroborées dans la réalité par la création par Tesla de l’usine « Gigafactory 1 » aux Etats-Unis, laquelle multiplierait l’offre de batteries par deux dans le monde et induirait une baisse mécanique de 30% des coûts de production des batteries utilisées par l’entreprise.[9]

Dès lors, nous pouvons conclure que, du point de vue de son coût, HEXO+ se situe au début de la courbe de Foster.

Second Foster

HEXO+ : déjà dépassé ?

Les perspectives quant à l’avenir d’HEXO+ semblent prometteuses au regard des critères auparavant étudiés. Il convient, néanmoins, de le comparer à d’autres modèles de « follow me » drones afin de mieux analyser la concurrence et de mieux appréhender son attractivité. À cet égard, la matrice de Teece[10] permet de classer HEXO+ selon deux critères déterminants de réussite. Le premier est la maîtrise de sa technologie. Est-elle difficilement copiable par des concurrents ou protégée par un brevet ? Le second est le contrôle des assets complémentaires. Ces assets sont les actifs nécessaires à la production et la commercialisation d’HEXO +. Si Squadrone les contrôle il est plus aisé pour elle de maîtriser le procéder productif et de distribution, et ainsi de faire des profits.

Le principal avantage concurrentiel d’HEXO+ est sa capacité à suivre le sportif en direct grâce à une application de géolocalisation téléchargée sur son smartphone. Seulement cette technologie, bien que novatrice, n’est ni protégée ni l’exclusivité d’HEXO+. En effet, nombre de ses concurrents, comme le Phantom 4 de DJI, possèdent une technologie semblable et parfois plus performante, à l’image de sa caméra 4K ou de l’autonomie de sa batterie[11]. Il est donc difficile pour HEXO+ de se démarquer de ses concurrents grâce à cette technologie qu’elle ne possède pas exclusivement.

Concernant les assets complémentaires, Squadrone est dépendant de partenaires variés. Pour la caméra embarquée, l’entreprise GoPro fournit l’ensemble des caméras fixées aux drones. Cette entreprise n’est pas partenaire exclusif de Squadrone et fournit certains de ses concurrents à l’image de 3DRobotics Solo[12]. Par ailleurs, GoPro produit  déjà ses propres drones et pourrait, in fine, ne plus laisser la possibilité aux entreprises d’utiliser ses produits comme accessoires, ce qui poserait à terme un problème pour Squadrone. Enfin, Squadrone est tributaire des circuits de distribution, autrement dit, celle-ci ne possède que très peu de circuits de distribution sécurisés. L’entreprise a tout de même réussi à signer un partenariat exclusif et pluriannuel avec Drone Volt pour la commercialisation on et offline en Europe[13]. Bien que ce contrat soit bénéfique pour la société, il faut souligner que les circuits de distribution vers les pays les plus rentables pour Squadrone sont peu sécurisés : en effet, alors que Squadrone vend la moitié de ses drones aux Etats-Unis, il n’existe pas actuellement de distribution formellement établie et sécurisée pour ce marché[14].

En somme, HEXO+ repose sur une technologie innovante mais non-originale et facilement reproductible. Les assets de distribution sont nombreux et facilement remplaçables. Squadrone, malgré un contrat d’exclusivité avec un distributeur, se trouve dans une position difficile pour assurer la pérennité de ses ventes. Elle se situe donc dans le coin supérieur droit de la matrice correspondant à une technologie facilement appropriable et à des assets complémentaires indispensables.

Teece

Pour pousser plus loin l’analyse, nous avons décidé de comparer le drone HEXO+ à l’un de ses principaux concurrents : le Phantom 4. En effet, la société DJI a rencontré un franc succès au sein des sportifs de haut niveau. Thomas Guérin répond, par exemple, à la question si vous deviez acheter un drone choisiriez-vous HEXO+ : « Je choisirais un DJI pour les nombreuses possibilités qu’il propose ».

Spy chart

Cette comparaison avec le drone Phantom 4 de DJI nous a permis de comprendre qu’HEXO+ était capable, sur de nombreux domaines, comme la qualité de sa vidéo ou sa vitesse maximale, de rivaliser avec un concurrent dont le prix est quasiment deux fois supérieur. Certes, la distance maximale entre la personne filmée et le drone marque un écart entre les deux aéronefs ; mais elle est compréhensible lorsque l’on s’attarde sur la technologie utilisée pour suivre le sujet. HEXO+ s’appuie uniquement sur le Bluetooth pour positionner son drone. Le drone développé par Squadrone s’adapte mieux à un environnement aux températures extrêmes, mais son poids est problématique vis-à-vis de la durée de vol ou de l’altitude maximale possible. Par conséquent, HEXO+, dont le prix avoisine les 1000 euros, se caractérise comme un produit ayant des performances certes légèrement plus faibles que le Phantom 4 mais bien plus abordable d’un point de vue financier.

Pour conclure, nous constatons qu’HEXO+ a un fort potentiel de développement. Le marché, lui-même en plein essor, explique l’importance des nouveaux concurrents. Toutefois, des limites technologiques sont à dépasser comme, par exemple, celle liée à la batterie.

De grandes opportunités s’ouvrent donc sur le monde du drone. Ainsi, selon Thomas Guérin, le drone peut devenir un élément indispensable pour les sportifs de haut niveau « au même niveau que la Gopro, quand il y aura eu beaucoup de progrès, d’ici quelques années… »

[1] Everett M. Rogers, Diffusion of Innovations, Free Press of Glencoe (Macmillan Company, 1962).

[2] Jean-Michel Normand, « Plus fort que le selfie, le dronie », Le Monde.fr, 25 mars 2016, sect. M le mag, http://www.lemonde.fr/m-styles/article/2016/03/25/plus-fort-que-le-selfie-le-dronie_4889836_4497319.html.

[3] « Drones : tout savoir pour bien choisir son drone ! », Aruco, 2 septembre 2013, https://www.aruco.com/2013/09/drones-bien-choisir-drone/.

[4] « Actualité > Des batteries lithium-soufre, une solution pour la voiture électrique ? », consulté le 15 mars 2016, http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/actu/d/chimie-batteries-lithium-soufre-solution-voiture-electrique-56762/.

[5] « Mieux connaitre les drones compte rendu conférence », consulté le 15 mars 2016, http://www.onera.fr/sites/default/files/ressources_documentaires/cours-exposes-conf/mieux-connaitre-les-drones.pdf.

[6] « La chute du prix des batteries relance les chances de la voiture électrique », consulté le 15 mars 2016, http://www.lesechos.fr/17/08/2014/lesechos.fr/0203704300561_la-chute-du-prix-des-batteries-relance-les-chances-de-la-voiture-electrique.htm.

[7] Ibid.

[8] « HEXO+ with 3DGimbal — HEXO+ », HEXO+, consulté le 13 mars 2016, https://hexoplus.com/product/hexo_drone_3d.

[9] « Assault on batteries », The Economist, consulté le 21 avril 2016, http://www.economist.com/node/21616857.

[10] David J. TEECE, “Profiting from Technological Innovation: Implications for Integration, Collaboration, Licensing and Public Policy” (Research Policy, 1986).

[11] « Acheter : Phantom 4 | Boutique DJI », CreateDJI, consulté le 14 avril 2016, https://store.dji.com/fr/product/phantom-4?site=brandsite&from=buy_now_bar.

[12] « 3DRobotics Solo : un drone concurrent de l’HEXO+ pour les vidéastes », FrAndroid, 14 janvier 2016, http://www.frandroid.com/video/335758_3drobotics-solo-drone-concurrent-de-lhexo-videastes.

[13] « Drone Volt: accord stratégique avec HEXO+. », Boursorama, consulté le 14 avril 2016, http://www.boursorama.com/actualites/drone-volt-accord-strategique-avec-hexo-9eadc076a5059cbee3495e1b0268b83d.

[14] « Squadrone System complète sa première levée de fonds », La Tribune, consulté le 14 avril 2016, http://acteursdeleconomie.latribune.fr/strategie/defense-aeronautique/2015-06-25/squadrone-system-complete-sa-premiere-levee-de-fonds.html.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *